Partir avec un guide

img_3281 img_3340

Partir avec un guide

C’est tout d’abord un désir de montagne, d’aventure… Né d’une rencontre, d’une histoire, d’un regard, d’un rêve… Ensuite, il y a cette inquiétude mêlée à cette envie de hauteur, il y a cette volonté d’engagement troublée par la conscience de son inexpérience. Il y a enfin, la rencontre de celle ou celui qui vous ouvrera la voie d’un monde austère et magnifique.

Ce guide sera tantôt devant, tantôt à vos côtés pour assurer vos pas et permettre de vous surpasser sportivement comme dans la relation de confiance avec ceux qui suivent le même chemin. Partir avec un guide, c’est « un temps suspendu » d’une intensité rare où se mêlent avec bonheur, aventures individuelles et plaisirs partagés.

Les compétences du guide

Le guide de haute montagne est non seulement celui qui montre le chemin, mais il est aussi celui qui apprend à le choisir, grimpe à vos côtés, et vous enseigne les techniques nécessaires pour évoluer en montagne. Seul le guide de haute montagne diplômé d’état est habilité à initier, à encadrer et à conduire des amateurs, en excursion ou en ascension (sur rocher, falaise, glace ou terrain mixte), en haute montagne, au travers différentes techniques sportives (alpinisme, ski de rando, cascade de glace, escalade…etc). Quels que soient la technique sportive et l’itinéraire choisis, le guide de montagne veille en permanence à la sécurité de ses clients. Nourri de la culture et de l’histoire de la montagne, il est le passeur d’une culture, d’une connaissance et du respect de la nature et de la montagne.

Un guide est en général un travailleur indépendant, il recrute sa clientèle à titre individuel ou par l’intermédiaire d’un Bureau de guide dont il est membre. Il peut aussi louer ses services à une structure commerciale ou agence. Quelques-uns sont salariés d’associations de loisirs . Les activités se pratiquent collectivement ou à l’engagement, pour quelques heures en école d’escalade, une course d’une journée, un stage d’une semaine ou un trek au long cours.

Partir avec un guide peut se concevoir pour débuter une activité de montagne comme pour envisager de grandes courses sur des sommets prestigieux. Il se fait payer en honoraires, sous forme d’un tarif par activité, à la course ou au forfait sur plusieurs jours. Ses frais de nourriture, d’hébergement et de transport sont généralement à la charge du client. Le guide est soumis à une obligation de moyens régie par la loi inscrite au Code des sports et à l’observation du code de déontologie de la profession.

Quelques chiffres

En 2012 : 1810 adhérents dont 1540 guides actifs.
Parmi eux, environ 55 % travaille de manière indépendante, et le reste au sein des 63 Bureaux et 15 Compagnies.

Le SNGM

Le Syndicat national des guides de montagne

Le Syndicat national des guides de montagne (SNGM), dont le siège est à Francin (Savoie), regroupe la quasi-totalité des guides de haute montagne en France.
En tant que syndicat professionnel il est régi par la loi de 1884.
Il négocie une assurance responsabilité civile professionnelle de groupe pour le compte de ses 1800 adhérents, organise la profession et la représente auprès des instances et des partenaires institutionnels.
Il assure également une mission d’organisation de la formation continue obligatoire des guides.
Créé en 1945, sous l’impulsion d’Armand Charlet, il fêtera en 2016 ses 70 ans.

Le Syndicat national des guides de montagne regroupe à la fois les guides individuels et les associations de guides (Bureaux et Compagnies de guides).
– En 2012 : 1800 adhérents dont près de 1600 guides actifs.
– Parmi eux : environ 55 % travaille de manière indépendante, et le reste au sein de Bureaux et Compagnies.

En savoir plus sur www.guides-montagne.org

Une réflexion au sujet de « Partir avec un guide »

  1. Bonjour
    Je souhaite gravir la Barre des Ecrins en 2018 avec un guide.
    Pour être au top le jour J, je souhaiterais faire quelques courses avant (possibilité de m’entraîner dès le printemps).
    Pourriez vous m’aiguiller vers un guide à même de mener à bien ce projet.
    J’ai 46ans, sportif régulier (trailer sur courtes et longues distances, cysliste sur route…). J’ai pratiqué escalade, école de glace et randonnée de moyenne montagne (dans les Ecrins notamment) dans ma jeunesse. C’est un petit peu loin bien entendu aujourdhui!
    Je ne connais pas la période la plus favorable pour gravir la Barre mais idéalement pour moi, ce serait en Juin (moins de contraintes professionnelles).
    Dans l’attente de votre retour, je vous remercie par avance.
    Cordialement
    Stéphane Galban
    06 50 24 97 05

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *